Croyances épistémiques et fake news

Selon une étude de Kelly Garrett et Brian Weeks qui vient d’être publiée dans la revue PLOS One, la manière dont nous envisageons la connaissance – comment nous pouvons connaître le monde et ses lois – est liée à notre propension à adhérer à des théories non étayées, telles que les « fake news » ou les théories du complot. Voici une traduction du résumé de l’article. L’article est disponible en entier ici.

Des perceptions erronées largement répandues nuisent à la capacité de décision des citoyens. Les conclusions fondées sur des mensonges ou des théories du complot non étayées sont risquées. Cet article montre que les croyances épistémiques des individus – c’est-à-dire les croyances sur la nature de la connaissance et la façon dont se crée la connaissance – ont des implications importantes de ce point de vue. La présente étude utilise une série d’enquêtes de grande envergure et représentatives à l’échelle nationale de la population américaine pour produire des mesures valides et fiables de trois aspects des croyances épistémiques : la foi dans l’intuition pour connaître les faits (Faith in Intuition for facts), l’importance de la cohérence entre les preuves empiriques et les croyances (Need for evidence) et la conviction que les faits sont en réalité construits politiquement (Truth is political). Les analyses confirment que ces facteurs prédisent une vision faussée de la réalité et sont corrélés à la propension des individus à adhérer à des théories du complot et à leur tendance à croire les mensonges sur des questions scientifiques et politiques. Les individus qui considèrent la réalité comme une construction politique sont beaucoup plus susceptibles d’accorder foi aux fake news, alors que ceux qui croient que leurs conclusions doivent tenir compte des preuves disponibles ont tendance à s’en tenir à des croyances plus rigoureuses. La confiance dans la capacité à reconnaître intuitivement la vérité est un prédicteur de l’idéologie conspirationniste. Nos résultats suggèrent que les efforts visant à contrer les perceptions faussées peuvent être aidés en favorisant une approche mettant l’accent sur l’importance de la preuve, l’utilisation prudente des sentiments et le fait que l’évaluation rigoureuse par des spécialistes compétents est une protection efficace contre la manipulation politique.

Référence

Garrett RK, Weeks BE (2017) Epistemic beliefs’ role in promoting misperceptions and conspiracist ideation. PLoS ONE 12(9): e0184733. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0184733

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *